056 F-GUYZ

Tous les jours sur mon blog « F1HDE » je reçois des messages de lecteurs qui pensent comme moi et d’autres qui ont une approche différente de la mienne. Cela permet d’échanger, d’argumenter, de contre argumenter, cela me fait également quelquefois changer d’avis. Ce matin dans les nombreux messages un était totalement incohérent, il parvenait d’un dénommé « JUNIOR » dont voici le message : « En cause la filiale 100% Air France KLM qui a opéré le vol » en réponse à mon message du 9 février 2019 (F-GUYZ « Encore un accident de Malibu ») et mon message du 16 février 2019 (Avec le BlaBlaCar du ciel vous jouez à la roulette Russe). L’adresse email était celui d’une femme travaillant dans une chaîne de restauration rapide créée en Belgique en 1971. Comme certains le savent J’ai quarante ans de renseignements derrière moi. Pas besoin de regarder l’adresse IP ou l’iPhone qui a servie à transmettre ce message. En moins de dix minutes j’ai identifié la correspondante. La compagne ou la femme d’un notable du centre France propriétaire de six restaurants rapides. Vous allez me dire Éric on est loin de l’aviation, un peu de patience j’y viens. Le monsieur à un an de moins que moi, en plus des affaires il fait de la politique et est très actif au MEDEF. A le monsieur dit qu’il aime l’aviation, il prétend qu’il relance l’activité d’aviation d’affaires sur l’aérodrome de sa région. De quelle manière ???  La location coque nue (la mobilisation et le défraiement du pilote sont à la charge du client). Le monsieur possède un Malibu Mirage, avion ne permettant pas de faire du Transport Publique de Passagers, alors il faut contourner la réglementation du transport aérien, comment ??? avec ce type d’argumentaire : A l’air du numérique, les outils de communication permettent de faire de plus en plus de choses à distance. Néanmoins, le contact direct reste indispensable dans les affaires : rencontrer ses interlocuteurs, défendre ses projets, suivre un chantier, découvrir l’usine d’un sous-traitant, présenter un dossier. Il y a 1000 raisons qui nécessitent de se déplacer. La société loue des avions à ses membres adhérents pour des vols privés au départ de son aérodrome basé. Le monsieur parle de billets d’avions, bizarre pour un vol privé surtout quand on lit ce commentaire sur le site « QUE SA SOCIETE N’EST PAS UNE COMPAGNIE AÉRIENNE, MAIS UNE PLATEFORME COLLABORATIVE DE LOCATION D’AÉRONEFS SANS ÉQUIPAGE DANS LE CADRE DU TRANSPORT POUR COMPTE PROPRE » vous voyez il mélange les genres et créer la confusion. Je continue ma lecture : Avec plus de 250 aéroports et aérodromes accessibles à nos appareils en France et pays limitrophes, les adhérents de la société voyagent en avion aussi simplement que vous prenez votre voiture mais en moyenne 4 fois plus rapidement et sans les contraintes horaires du train ou des avions de ligne. En réponse je dirais voler avec les avions d’air France vous faite un geste citoyen, la compagnie nationale emploie environ 59000 salariés, le monsieur zéro salarié. J’aimerais auditer cette société sur l’exploitation prévue, le type de licence et sur les autorisations techniques requises demandées à une compagnie aérienne par la DGAC et l’AESA. Je continue de lire le charabia du site : Simple, rapide et efficace. Devenez membre et louez votre avion pour vos vols privés. Le montant de la cotisation annuelle est de 120€ ttc, telle que prévue dans les contrats, pas cher les Brestois demandent 1900€. Chaque membre adhérent reçoit ensuite sa propre carte d’adhésion avec ses identifiants de connexion uniques pour accéder à la plateforme de réservations. Pour se couvrir il précise qu’il n’est pas une compagnie aérienne, afin de respecter la réglementation. La société se limite son activité à la location d’aéronef coque nue à ses membres adhérents, c’est à dire sans fourniture d’un pilote ou d’un équipage de conduite d’aéronef. (Article L.6400-3 du code des transports). Le politicar membre du MEDEF n’aime pas les salariés il précise sur son site : vous aurez la prestation d’un pilote professionnel indépendant. Le monsieur est un adepte de l’auto entreprenariat, voici le résultat dans ce petit film.

Courchevel Altiport - Plane Crash - 8. 2. 2019

A l'atterrissage à Courchevel, des témoins voient l'avion toucher la piste 22 au-delà de la moitié de la portion à 18,66%. Malgré un freinage énergique, le pilote ne peut contrôler la vitesse de l'aéronef lors du roulement. L'avion heurte frontalement un monticule de neige situé au seuil de la piste 04.