F1HDE 1002

 

Ce soir je vais vous expliquer comment des comportements débiles rendent une activité que je juge nécessaire pour la bonne forme physique, je veux parler de la marche. Il y a un terme que j’ai banni de mon vocabulaire « randonnée pédestre » ou « randonneur ». Ce matin en prenant mon RER en direction de mon travail, dans la rame, il y avait une bande de vieux blaireaux déguisés en polichinelles en sac à dos et chaussures à crampons certainement en direction du parc naturel régional de la vallée de Chevreuse. Un faisait office de chef, avec un équipement digne d’une expédition au Népal. Par curiosité, j’écoute leurs conversations, cela ne décolle pas du style « Ginette t’a pensé au café », « Marcel ou tu nous emmènes aujourd’hui ». Ils sont 14 dont des extravertis et des introvertis. Apparemment Marcel, c’est la grande gueule du groupe, il doit avoir entre 70 et 75 ans, un pur produit des 30 glorieuses, à l’époque, il était 10 pour faire des taches que l’on exécute seul aujourd’hui surtout dans la fonction publique ou à l’époque, on ne parlait pas des restrictions budgétaires et de Burn out. Certainement parti en préretraite à l’âge de 55 ans. Ces 20 ans de retraite ne l’avaient pas rendu plus intelligent, un jeune con devient souvent un vieux con. J’aurais aimé lui poser des questions sur le fonctionnement de son GPS, sa carte topographique 1 : 25 000 et sa boussole SILVA. Beaucoup de matos pour s’aventurer sur des sentiers balisés situés en milieu périurbain. Ces randonneurs suivent les sentiers balisés par la Fédération Française de Randonnée qui, en 1978, a remplacé le Comité National des Sentiers de Grande Randonnée créée en 1947 à l'instigation de Jean Loiseau, un architecte issu du scoutisme qui a œuvré dès la fin de la Première Guerre mondiale avec le Touring Club de France pour le développement du tourisme pédestre. La création du comité entérine le terme de randonneur qui remplace celui d’excursionniste, ces touristes qui, au 19ème siècle, découvraient à pied les nouveaux espaces, en même temps que les alpinistes parcouraient les hauts sommets. Dans les années 1980, la France entière est parcourue par ces sentiers dont le célèbre GR 5 qui relie les Pays Bas à la Méditerranée. Comme ces gens, j’apprécie les grands espaces et la marche que je pratique depuis toujours en tant que vétéran de la guerre froide ou une mission globale c’était 90 kilomètres en trois jours avec 25kg de matériel. En descendant à Massy après les avoir observés pendant mon trajet, je pense à la célèbre citation du général DE GAULLE en 1940 à Londres, après la signature de l'armistice entre la France de Pétain et l'Allemagne. Le général aurait dit : "Ce sont des veaux. Ils sont bons pour le massacre. Ils n'ont que ce qu'ils méritent." Jamais je n’adhérerai à la Fédération Française de la randonnée pédestre dont je n’utilise jamais leurs topoguides. Pour mes marches sportives j’utilise exclusivement des cartes de l’Institut Géographique National (IGN). Sur ce blogue en septembre je vous ferai partager mes aventures. Un porte-parole des quarante piteuses 1975 – 2015 de la génération née en 1958-1959 et 1960 sans date de départ à la retraite prévue. L’illustration musicale de ce soir le groupe de pop Français Les Innocents dans « Et le temps n’attend pas » j’adore.

Les Innocents - Et le temps n'attend pas (Clip officiel)